Comment l’Ucanss se mobilise dans cette crise ?

Après ces 4 premières semaines de confinement, nous sommes allés à la rencontre de Raynal Le May, Directeur de l’Ucanss, pour discuter de l’impact de cette crise sur l’Ucanss, son activité et son organisation.

Comment l’Ucanss gère-t-elle la crise ?

Comme beaucoup d’organisations, nous avons dû rapidement nous mettre en situation d’assurer la continuité de notre activité. Grâce à un déploiement rapide du télétravail, et une parfaite mobilisation de nos équipes dans le cadre de notre PCA, les collaborateurs ont su rapidement inventer de nouvelles manières de travailler à distance et garantir ainsi le bon fonctionnement de l’Ucanss. Les équipes des différentes directions mettent tout en œuvre pour garantir la continuité des services que nous assurons à nos 300 employeurs locaux (Cpam, Caf, Carsat, Urssaf).

Sur quoi mettez-vous l’accent auprès de vos collaborateurs ?

Par-delà la poursuite de nos activités, nous avons voulu nous mettre en situation d’accompagner au mieux la prévention et l’identification des risques psycho-sociaux liés à cet épisode de crise. Nous avons mis en place de nombreuses actions : une mobilisation de la communauté managériale, une invitation collective à l’attention portée aux autres, des outils d’information, des partages de bonnes pratiques, de lieux numériques d’échange, la mise en place d’une enquête interne permanente, la mise à disposition d’une ligne téléphonique d’écoute avec des psychologues, etc. Cette vigilance est pour moi une priorité. Elle est au cœur de notre collectif de travail.

Quel est l’impact de la crise sur l’activité de l’Ucanss ?

Quelques projets sont mis en pause, mais la majeure partie de nos activités se poursuit selon des modalités adaptées. Je pense notamment à nos juristes et à nos équipes achats et immobilier qui restent fortement sollicités par les organismes. En lien avec les caisses nationales, nous sommes également fortement mobilisés pour traiter des impacts RH liés à cette crise. Dans ce cadre, le dialogue social national reste une priorité. Les partenaires sociaux étaient du reste invités hier à réagir, par audioconférence, sur l’intéressement 2019 qui sera versé le mois prochain. La semaine prochaine nous organiserons une nouvelle réunion d’échanges avec les Directeurs généraux des Caisses nationales, afin de faire un point sur l’organisation et les conditions de fonctionnent de chacun de leurs réseaux.

Quel regard portez-vous sur l’action de la Sécurité sociale dans cette période ?

Le service public de la Sécurité sociale est au rendez-vous. Les directions et les équipes locales sont fortement mobilisées pour garantir le bon fonctionnement des établissements, ainsi que le traitement et le paiement des prestations maladie, famille et retraite. Les prestations sociales constituent la principale source de revenus pour beaucoup de nos concitoyens. Les 145 000 salariés de la Sécurité sociale sont conscients de cette responsabilité et totalement engagés afin de garantir la continuité du service public.

Au-delà de ses conséquences sociales, cette crise sanitaire va fortement fragiliser notre tissu économique. Les Urssaf sont dès à présent mobilisées afin d’accompagner les entreprises tout en assurant la sécurisation du financement de nos prestations sociales.

J’ai enfin une pensée particulière pour les salariés des UGECAM, et notamment les soignants, qui sont en première ligne dans la gestion de cette crise.

Pour autant, on ne parle pas beaucoup de la Sécurité sociale dans cette crise ?

Non, c’est vrai, la place de notre Institution, essentielle au fonctionnement du pays, n’est pas toujours comprise ou valorisée. Alors que nous le voyons, dans le cadre de cette pandémie, la Sécurité sociale constitue un puissant amortisseur de cette crise sanitaire, économique et sociale. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de lancer avec les Caisses nationales de Sécurité sociale une opération, « La Sécu est là », pour montrer que nous sommes pleinement engagés dans cette crise, aux côtés des citoyens et des entreprises.

Le mot de la fin ?

Je voudrais simplement saluer l’engagement des organismes locaux et des 145 000 collaborateurs de la Sécurité sociale.

par Dircom <dircomSPAMFILTER@ucanss.fr>

Retour à la liste des archives Accueil